السبت. يونيو 19th, 2021

Traduit par : Ghozzi Med Aziz

Tripoli- Libye – 10 juin 2021

Les menaces du Premier ministre libyen, Khaled alMashri des Frères musulmans, dans lesquelles il a déclaré qu’une fois que les élections se tiendront au suffrage direct du peuple, pourraient produire un conflit grave que la Libye ne peut pas se permettre, certains ont considéré ces déclarations comme une carte terroriste pour que les Libyens puissent mener à bien ce que les Frères musulmans veulent.

Les Frères musulmans en Libye soutiennent la tenue d’élections présidentielles par vote indirect et la tenue d’un référendum sur la constitution en premier, rejetant le choix direct du président par le peuple libyen de peur d’être renversé, comme cela s’est produit lors des élections de 2014.

AlMashri a déclaré que le vote direct de la population pour les élections conformément à la règle constitutionnelle avec des pouvoirs étendus et la possibilité que certains partis rejettent les résultats des élections pourraient entraîner un conflit plus violent.Il a ajouté que le Conseil d’Etat s’engageait à organiser un référendum sur la constitution avant les élections, ce qui est également une option soutenue par les Frères musulmans en Libye dans le but de reporter les élections.

Imad alSayeh, président de la Haute Commission électorale, a révélé les jeux du président et des membres du Conseil suprême de l’Etat appartenant aux Frères musulmans pour faire obstacle à la tenue des élections prévues le 24 décembre, au motif que le référendum constitutionnel devrait être mis en œuvre en premier.

AlSayeh a déclaré dans des communiqués de presse que le Conseil d’État, qui est maintenant désespéré de demander d’abord un référendum et d’organiser des élections par vote indirect, a lui-même refusé d’organiser un référendum sur la constitution en 2018 lorsque la Chambre des représentants l’a demandé.

Le gouvernement sortant d’AlWefaq a également refusé de financer le référendum à l’époque, poursuivant: « AlSarraj m’a dit dans le texte: « Je ne financerai pas un processus avec un résultat perdant. »

Il a souligné la suspension des travaux sur le processus référendaire à ce moment-là en raison de la position de l’État suprême et de la « réconciliation », en disant: « Après trois ans et une guerre qui a presque divisé la Libye,Nous sommes surpris que le Conseil suprême de l’État exige que le référendum soit organisé selon les mêmes lois et textes ».

AlSayeh a souligné que la date du 24 décembre, date des élections, a bouleversé de nombreux dirigeants des « Frères musulmans » parce qu’elle affecte leurs sièges et leur avenir politique et que ceux-ci n’ont pas d’avenir politique en Libye, et n’obtiendront pas un seul vote pour l’électeur libyen pour ce qu’ils ont fait et conduit le pays là où il est maintenant.

Le politologue libyen Mohamed AlGharyani a déclaré à Sky News Arabia que les menaces d’alMashri sont le résultat de la crainte des Frères musulmans en Libye à l’idée d’organiser des élections libyennes, et ils sont sûrs que le peuple ne les élira pas à nouveau après les 10 ans de ruine du pays.

AlGharyani a ajouté que les deux prochains mois sont les périodes politiques les plus difficiles pour les Frères musulmans en Libye, et si le pays peut adopter la règle constitutionnelle pour organiser des élections, ce sera certainement le dernier chapitre des Frères musulmans en Libye.

AlGharyani a déclaré que l’idée d’un conflit militaire si les Frères musulmans sont exclus est contenue, et les déclarations d’alMashri confirment qu’il y a déjà des intentions de le faire, appelant la communauté internationale à tenir tête aux ambitions des Frères musulmans d’empêcher que le scénario de 2014 ne se reproduise.

AlGharyani a noté que compte tenu de tout ce qui se passe actuellement sur la scène politique en Libye, la perturbation des positions souveraines et du budget et la perturbation de la base constitutionnelle sont le résultat des Frères musulmans.

Mohammed alMesbahi, chef du Centre d’autonomisation pour la recherche et les études stratégiques, a déclaré dans des remarques que toutes les manœuvres politiques des Frères musulmans visent à reporter les élections parce qu’ils savent que leur sort est dans un terrible échec, soulignant la présence de forces extérieures cherchant la Libye à continuer dans l’état de non-État, qu’il s’agisse de partisans d’organisations terroristes ou d’autres.